Salon de Musique pendant la Révolution française

UN SALON DE MUSIQUE PENDANT LA RÉVOLUTION FRANÇAISE

Autour d’Étienne Nicolas Méhul (1763-1817)

Coline Dutilleulsoprano, Aline Zylberajchpianoforte

Pianoforte François Ryelandt

 

Photo benoit dochy  Resized 3

                                                                                                  Photo : Benoit Dochy

Pour ce bref hommage à Étienne-Nicolas Méhul les artistes ont choisi d'évoquer deux œuvres majeures de sa carrière et de le présenter entouré de quelques-uns de ses contemporains. Tous témoignent d'un nouvel essor de l'art lyrique, dont Méhul fut un acteur essentiel, dans un contexte historique particulièrement tourmenté.

Ariodant, œuvre clé de l’opéra révolutionnaire, a connu une carrière longue et internationale : lors d'une représentation à Berlin en 1816, E.T.A. Hoffmann écrivit « Sérieux, digne, d'une grande richesse harmonique et construit avec soin, Ariodant ne devrait jamais (être autorisé à) quitter le répertoire. »

Dans une toute autre veine, Joseph, basé sur l’histoire biblique de Joseph et ses frères, est le plus célèbre de ses derniers opéras. Revendiqué par les romantiques, il est considéré comme un chef-d’œuvre où l'on a pu lire une préfiguration de L'Enfance du Christ de Berlioz.

André Grétry est un compositeur liégeois. Son opéra Le Huron, d'après son ami Voltaire, connut un grand succès à Paris et fut suivi d'une quinzaine d'opéras et plus de quarante opéras-comiques. Il fut avec François-Joseph Gossec, Étienne-Nicolas Méhul, Jean-François Le Sueur et Luigi Cherubini, l'un des inspecteurs de l'enseignement du Conservatoire de musique.

Les frères Hyacinthe et Louis-Emmanuel Jadin naquirent dans une famille de musiciens originaires de Belgique installés à Versailles.

Le premier a publié des arrangements d'œuvres de Méhul, le second des Fantaisies pour piano sur les romances de Joseph et de Benjamin de Méhul. On le retrouve également aux côtés de Méhul, Grétry et plusieurs autres célébrités de l'époque à l'affiche du Congrès des rois, opéra-comique et éphémère créé le 8 ventôse an II ... à la demande du Comité de salut public.

« Méhul est peut-être, sous la Révolution, le Consulat et l’Empire, le seul compositeur français d’envergure à avoir parfaitement compris et assimilé les dernières perfections de la musique de son temps. Formé par un Allemand, puis par un Alsacien, il s’est donné pour but, lors de la composition de ses symphonies, de montrer "qu’un Français peut suivre de loin Haydn et Mozart". Haydn reste le grand modèle de Méhul ; franc-maçon, celui-ci était membre du Concert de la Loge olympique qui commanda au maître viennois, si populaire alors en France, ses six Symphonies parisiennes. » (François Bernard)

Depuis Monteverdi, le thème d'Ariane abandonnée sur son île par Thésée n'a cessé de fasciner les compositeurs. On citera parmi ceux-ci l'un des professeurs de Méhul, Jean-Frédéric Edelmann, ...et Méhul lui-même, qui choisira ce sujet pour le concours du prix de Rome - il y obtiendra le « premier second Grand Prix  », devant François-Joseph Fétis, deuxième second grand prix  !

La cantate Ariane à Naxos occupe une place particulière dans l'œuvre de Haydn. Composée alors qu'il a déjà produit une quinzaine d'œuvres lyriques pour Eszterhàza, c'est un opéra miniature, quelques scènes intensément dramatiques, ciselées avec  concision, qui livrent une peinture admirable de la passion amoureuse. Haydn lui-même considérait cette composition comme l’une de ses meilleures œuvres.

                                                                                                                                        Logo parlement de musique 

En lien avec le Parlement de Musique, soutenu par la Drac Grand Est, la Ville de Strasbourg, le Conseil départemental du Bas-Rhin et la Région Grand Est. Le Parlement de Musique est membre de la Fevis et du Profedim.

 

  • Tous renseignements - Couvent de Saint Ulrich

Réservez vos places sur notre billetterie en ligne !

Billets Festival

Auditorium du Couvent de St Ulrich Sarrebourg

Le programme du concert

 

Coline Dutilleul (soprano) & Aline Zylberajch (pianoforte)

 

André-Ernest-Modeste Grétry (1741, Liège – 1813, Montmorency)

Air de l'opéra Le Huron : Monologue de Mademoiselle de St Yves (1768)

***

Étienne-Nicolas Méhul (1763, Givet – 1817, Paris)

Sonate n°2, opus 1 (1783) : Allegro

Scène première de Joseph, opéra biblique (1807)

***

Étienne-Nicolas Méhul 

Sonate n°2, opus 2 (1788) : Sicilienne

***

Louis-Emmanuel Jadin (1768, Versailles – 1853, Paris) 

Romance : La mort de Werther 

***

Étienne-Nicolas Méhul

Sonate opus 2 : Andante

Air de l'opéra Ariodant, transcrit par Hyacinthe Jadin : Calmez, calmez cette colère (1799)

***

Joseph Haydn (1732, Rohrau – 1809, Vienne)

Cantate : Ariane à Naxos (1789)