OULOMENEN : « Le Chant des Guerriers »

OULOMENEN : « Le Chant des Guerriers »

LA TERZA SFERA

dir. Francis Biggi

Un spectacle qui interroge des thèmes forts tels que l’évolution et la transmission du langage musical ainsi que les liens entre texte et musique. Une invitation au voyage dans l’espace et le temps, pour mieux cerner, in fine, ce qui nous rapproche.

Junko ueda photo 1

Junko Ueda

Sur scène, des musiciens provenant d’Europe, du Japon et d’Iran interprèteront des œuvres du vaste répertoire provenant de l’épopée chantée de la famille Taira (l’un des quatre clans dominant la politique du Japon durant l’ère Heian qui s’achève au XIIe siècle), à côté d’extraits de Cantari chevaleresques italiens du XVe et XVIe siècle, avec la reconstruction des musiques qui les soutenaient, jusqu’aux élaborations de la tradition japonaise, aux premiers exemples de recitativo du XVIIe siècle italien, ainsi que des épisodes d’épopées tirées de la tradition persane. Des musiques instrumentales encadreront la narration de cette chanson de geste aux voix croisées.

Ce projet multiculturel associe de jeunes musiciens de talent (la formation Terza Sfera) et des spécialistes renommés parmi lesquels Mme Junko Ueda, joueuse de satsuma-biwa et spécialiste du chant bouddhiste shōmyō et M. Taghi Akhbari, chanteur iranien, formé au chant persan à Téhéran.

A la direction, Francis Biggi. Actuellement à la tête du Département de musique ancienne de la Haute école de musique de Genève, il est l’une des figures de référence dans l’évolution de l’école d’interprétation de la musique du Moyen Âge et de la première Renaissance. Codirecteur de l’Ensemble Lucidarium pendant de longues années, il porte une attention particulière aux répertoires dits mineurs, situés à la frontière entre écriture et tradition orale. Echange, partage d’expériences refusant les limites représentées par les barrières culturelles, les lieux communs ou encore la méconnaissance, tels semblent être les mots d’ordre de ce chercheur à l’approche interdisciplinaire, qui s’est embarqué, dès son plus jeune âge, dans un parcours de formation musicale, culturelle et personnelle hors toutes frontières nationales. Parmi ses multiples projets, l’Orchestre multi-ethnique DIWAN est un exemple emblématique d’ouverture au monde.

Les Gunki Monogatari, les grandes épopées héroïques japonaises, se structurent en des vastes narrations poétiques à partir du XIIIe siècle, au moment où en Italie s’affirme la tradition du chant de poèmes chevaleresques en huitain d’hendécasyllabes (Cantari in ottava). L’état de la recherche sur les airs de déclamation en Italie au XVe et XVIe siècles ainsi que sur la déclamation poétique dans la tradition orale italienne contemporaine montrent la persistance d’une structure psalmodique comparable à celle utilisée pour chanter les récits japonais. Il s’agit ainsi de deux expériences très éloignées dans le temps et dans l’espace mais identiques dans leur façon de transmettre des valeurs et des modèles de comportement dont les mécanismes apparaissent comme des données universelles de la communication.

Un concert présenté en l’église St Pierre-aux-Nonnains par les Rencontres Musicales de Saint Ulrich en partenariat avec Metz en Scènes en conclusion de la résidence accueillie du 18 au 22 septembre à Sarrebourg et finalisant le travail de recherche comparée effectué par le Département de Musique Ancienne de la Haute Ecole de Musique de Genève et l’Université des Arts de la Ville de Kyoto.

Réservez vos places en contactant l'Arsenal !

St-Pierre-aux-Nonnains 1 Rue de la Citadelle, 57000 Metz

Distribution

CAROLINA ACUNA, voix

GIULIA VALENTINI, voix

JÉRÔME VAVASSEUR, voix

        YUMIKO HIROI, clavecin

MACHIKO YANAGITA, archiluth

JENNIFER PIGGOT, lira da braccio, violon baroque

AMANDINE LESNE, viole de gambe

NIHAN ATALAY, traverso

FRANCIS BIGGI, lavta & direction

Avec la participation de

JUNKO UEDA, voix, satsuma-biwa

TAGHI AKHBARI, voix

TAKANORI FUJITA, chant, flûte (Nô)

YOKO TAKAHASHI, tambours (Nô)