MESSIAEN ON THE ROCKS

Blochondesglasslow 1

LA FÊTE DES BELLES EAUX (1ère partie)

C’était en 1937. En plus de la magnifique Exposition qui attirait à Paris les curieux du monde entier, la Ville de Paris avait organisé des Fêtes du son, de l’eau et de la lumière, qui se déroulaient sur le fleuve Seine, la nuit tombée, de vastes spectacles audio-visuels, où des fusées tombaient du ciel et des jaillissements de jets d’eau se mêlaient aux harmonies de partitions symphoniques. Pour l’ornementation musicale de ces soirées, la Ville de Paris fit commande de vingt partitions à vingt compositeurs.

Je fus l’un des vingt. Mes confrères choisirent qui l’orchestre, qui les chœurs, qui les formations de chambre. J’eus lidée dun sextuor d’Ondes Martenot. Les sons devant être amplifiés par des haut-parleurs placés sur tous les édifices environnant le fleuve Seine, les ondes se prêtaient à merveille à cette musique de plein air… La nuit y est mystérieuse, l’eau profonde a un aspect funèbre, les fusées sont gaies, badines, désinvoltes, le feu d’artifice revêt le même caractère enjoué. Par contre, les jaillissements de l’eau sont furieux et terribles, ou rêveurs et contemplatifs. C’est ce dernier sentiment qui prédomine, et dans les instants les plus valables de la « FÊTE DES BELLES EAUX », cest à dire lorsque l’eau atteint par deux fois une grande hauteur, on entend une longue phrase lente presque une prière – qui fait de l’eau le symbole de la Grâce et de l’Eternité, selon cette parole de l’Evangile selon Saint Jean: «  L’eau que je donnerai deviendra une source d’eau jaillissant jusqu’à la vie éternelle ».

Olivier Messiaen

 

 

SEXTUOR D’ONDES MARTENOT

Thomas Bloch, Christopher Corbett, Caroline Ehret, Nathalie Forget,

Monique Pierrot, Jacques Tchamkerten

 

MESSIAEN ON THE ROCKS (2ème partie)

 

Toute sa vie hanté par les rapports entre sons et couleurs, Olivier Messiaen fut-il à son insu le précurseur des musiques psychédéliques ? Sans vouloir le prétendre, c’est sa Fête des belles eaux qui sert ici de tremplin à Thomas Bloch pour aller vers d’autres horizons sonores qu’aurait adoré Messiaen s’il avait rencontré Franck Zappa au lieu du curé de l’église de la Trinité. Une douzaine de musiciens entre rockeurs, percussionnistes locaux et musiciens classiques attirés par l’étrange, une rencontre sans doute insolite, mais très certainement une création partagée au vrai sens du terme conduite par Thomas Bloch qui, après avoir joué sous la direction des chefs les plus prestigieux, de Pierre Boulez à Valery Ghergiev, vient offrir au public un somptueux tapis musical pour des chansons qui composent le « hiculaire » des d’jeunes !

Avec la participation de:

 

Pauline Haas harpe - Tioneb beatbox & chant - Jean-Loup Seeman guitare, clavier, choeur - Paul-François Dollinger batterie, choeur - Yann André chant, basse - Paul Koncina guitare, choeur -Tom Stocky batterie, percussions, choeur - François Hagenmuller & Mathias Romang percussions - Thomas Bloch, cristal Baschet, ondes Martenot.

 

Un partenariat Ville de Sarrebourg / Amis de Saint Ulrich

avec le concours de l’association Rock Studio, avec le soutien du CD de la Moselle,

dans le cadre des « Créations partagées »

 

Tarifs et réservations

Accueil